Chapitre 3

Wow, aucune idée de si c'est le temps de l'année ou si c'est moi, mais c'est deux lapins étaient vraiment délicieux. Je m'en laiche encore les babines. Milieu d'après, à voir le soleil dans le ciel. Il fait beau, et chaud, comme toujours. Est-ce que c'est parce que Nouak est situer tout près du rivage, ou... À, et puis j'm'en fiches pas mal! Malgré tout, je suis un peu triste, j'aurais bien aimer jouer de la guitare, assise sur le toit de la maison, face au vent. Mais je sais que c'est un mal pour un bien. Si ça ne fonctionne pas, je lui flanque un coup dans le ventre! C'est mieux de fonctionner, j'ai pas l'intention d'avoir brisée ma guitare pour un os!


J'arrive enfin chez Zaoma, j'espère qu'elle est là. Ça serait bête d'avoir fait tout ce chemin pour rien. Mais j'y penses... j'aurais très bien pus l'appeler! Ah, trop tard! J'avance sous le porche et cogne à la porte, sachant que c'est inutile. Son odeur me passe sous le museau.


  • Entre la grande.


Je ne me fais pas prier et j'entre dans son foyer. Suivant son odeur, je me dirige à l'autre extrémité du logis. J'ouvre une porte et me retrouve de nouveau dehors. Je la sens, elle est tout près, mais elle est où au juste? J'écoute attentivement et décèle un craquement de bois au dessus de moi. Woa, je n'avais jamais sue qu'elle avait un balcon! Comment elle l'as eue? J'en veux un moi aussi! Non mais!


  • Tu aurais pu te laver un peu avant de venir, sale gamine.


Hein? Ha! Oui, c'est vrai, les lapins...j'ai du sang séché sur mon armure...


  • Heu...désolé, j'avais oublier.

  • C'était bon au moins?

  • Que oui!

  • Aller viens me rejoindre!


Je fais un bon dans les airs et pose patte sur sa terrasse. Je lui souris, elle me le rends et je m'appuie sur le muret de protection, assez inutile comme protection d'ailleurs et je contemple la foret.. Le vent ne souffle plus, mais l'air garde toutes ses arômes typiques à la forêt. Une belle maison, situer près de la forêt, deux étages... bon sang, elle à due en faire des trucs ma sœur! Et pourtant, ça fait bonne lurette que je n'étais pas venue la voir.


  • Qu'est-ce qui t'amènes ici?

  • Bah, je voulais te voir, tu sais, comme ça, sans raison.

  • T'es jamais venue me voir sans raison.

  • Il y a un début à tout.

  • Ça c'est mal passé avec Enium.


Merde! Comment elle fait pour tout deviner! Elle est vraiment bonne! Je soupir et continue.


  • C'est cette histoire encore...

  • À propos de la mission?

  • Il veut vraiment que je reste ici. Je sais bien qu'il m'aime, mais mon travail est de faire cette mission, et de plus, si je la fait correctement, je pourrais avoir droit à quelque chose de gros en retour.

  • Qu'est-ce que tu voudrais?

  • Je ne le sais pas du tout, mais ça viendra. Si je pouvait me bâtir une maison près de la tienne, je pourrais venir te voir plus souvent, et passer plus de temps avec toi.

  • Tu n'es pas obliger de faire tout ça juste pour me voir.

  • Je sais, je sais.


Zaoma se dirige à l'intérieur. Quelque bruit familier me viennent à l'oreille même si je suis dos à la fratrie, bols de bois, bouteille en vitre et une sorte de chuchotement en fond. Avant même qu'elle revienne, le chuchotement fait place à une musique joyeuse et estivale, plutôt populaire. Zao revient avec deux bols en bois soigneusement travaillés et une bouteille de jus provenant des fruits de sorbiers. Cet alcool coute beaucoup, je devrais me fendre en quatre pour avoir une seule bouteille! Comment? Qu'est-ce qu'elle à de si exceptionnelle que je n'ai pas? Elle étouffe un rire avant de me remplir le quart du bol.


  • J'ai rien d'exceptionnelle, m'avoue-t-elle. Toi aussi tu auras droit à des petits cadeaux comme ça en dirigeants des missions.

  • Quoi? T'appelles de l'alcool de Sorbier un petit cadeau!

  • Hey, ne le prends pas mal, mais j'ai méritée plus que ça je trouve.

  • Contente toi-s'en sœurette! Moi j'ai encore moins que ça!

  • Bah voyons! Attends, tu verras bien, tu vas être récompensée grandement après cette mission en territoire humain. Je suis jalouse, je dois l'avouer. Mais j'admets que c'est à ton tour d'avoir les honneurs. Profites bien de ton moment ma sœur!


Elle se verse un quart de bol et l'on bois. C'est très relever...et fort! Quel goût! Je soupir de bonheur tandis que Zaoma s'accoue sur la petite murale de protection. Nous contemplons toute les deux l'horizon, enfin... je penses. Je prends une seconde gorgée.


Une douleur intolérable me traverse la cuisse. J'écrase au sol et échappe le bol. L'alcool se coule dessus, elle brule. Je retiens un cri de douleur. Je ferme les yeux un instant. Je retrousse les babines devant la douleur. Zao est penchée sur moi, ses gestes entourent ma jambe. Je tente de me dégager d'elle, elle me fait mal.


  • Arrêtes de bouger, tu vas aggraver la situation.


J'ouvre les yeux. Merde, je me suis fais tirer dessus! Le sang coule le long de ma cuisse, je peut voir le trou. L'alcool est tombé directement sur ma blessure en plus!


  • Ça va te faire mal, tiens, mords ça.


Elle me tend un bol. Je le prends et mord faiblement. Zaoma prends un air très sérieux avant de planter sa patte dans ma plaie. Mes crocs plantent dans le bois, j'ai l'impression qu'elle m'arrache l'os! Ça fait vachement mal. J'en tremble! Une éternité plus tard, elle retire enfin la balle. J'arrête de gémir et je verse de l'alcool sur ma plaie pour prévenir des infection. Zaoma me laisse la munition et retourne à l'intérieur. Calibre 35. C'était surement un fusil de précision, et vu la grosseur de la balle, l'intention était surement juste de me faire du mal, ou encore de me blesser, mais sans plus. Je m'assoie, laissant mes pattes antérieures derrière moi pour m'empêcher de tomber vers l'arrière. Ma sœur revient avec du fil et un petit bout de fer.


  • Qu'est-ce que tu comptes faire avec ça?

  • Coudre ta plaie.

  • Merde.

  • Ça ne va pas guérir simplement en léchant l'alentour! Et puis même si c'était possible, je te soignerais pas de cette façon à cet endroit.


À ces mots je remarque que la plaie est vers l'intérieur, et assez près de... Bref, c'est mal placé...Zaoma s'accroupit et me recoud en moins de deux. Ça n'as aucunement fait mal, j'en suis contente.


  • Je crois que c'est assez claire maintenant. Commence Zaoma et me tendant la patte.


Elle m'aide à me relever puis je continue sa phrase.


  • Quelqu'un veut m'empêcher de partir en mission.

  • Niu?

  • Non, c'est pas son style.

  • T'as raison.


Un long silence s'oppose entre elle et moi. Elle prend brusquement un air sévère avant de fixer le sol devant elle. Ça ne me dit rien qui vailles.


  • À quoi tu penses?

  • À qui je penses. Je crois...


Elle est loin d'avoir l'air enchantée par son idée. Elle inspire profondément et poursuit;


  • Je crois, mais j'espère me tromper, que ce qui arrive...


Elle en mets du temps! Ça doit vraiment être grave.


  • Je crois qu'Enium en est la cause.

  • QUOI! J'en reste stupéfaite. Comment peut-elle penser une chose pareille! C'est révoltant! Prendre mon amoureux pour un...un...

  • Vois les choses en face, vous ne vous êtes pratiquement jamais disputer, et à chaque fois, il faisait tout pour te convaincre. Combien de fois as-tu craquée? À toutes les fois il te convins! Et ses moyens ne sont pas très orthodoxes, tu le sais comme autant que moi!

  • Mais ce n'est pas une raison pour qu'il soit l'auteur de tout ce qui se passe depuis quelques temps!

  • Crois ce que tu veux, moi j'vais aller lui parler.

  • Non attends!

     

J'essaye de la retenir mais elle saute en bas et se sauve. Elle a l'air très en colère. Je tente de la suivre, mais ma jambe me fait souffrir. Je n'ai qu'à rester ici et l'attendre. Qu'est-ce que je peut faire d'autre? Tant qu'à attendre, je tente de trouver d'où le tireur à pus se placer. J'aperçois un immeuble en face. Mais peut de loups pourraient y grimper. Seuls les hauts commerçants et les loups influents peuvent y entrer, et le seul moyen de monter en haut sans y entrer, c'est par les toits des maisons et en sautant sur les balcons de chaque étage, mais ça ne peut être fait que pars quelqu'un qui à de fausses pattes. C'est difficile à croire, mais Zaoma à peut-être bien raison après tout. Non, c'est totalement impossible! Pas Enium, il m'aime trop pour...que j'aille me faire tuer sur un autre continent? Je suis certaine de rien depuis qu'elle m'as mis cette histoire dans la tête! AH! MERDE!


J'entre et m'assois. J'arrête de penser à toute cette histoire en voyant le bordel dans la chambre. Sous-vêtements partout, veste au sol, pantalons courts, petites tenues... Sacrée Zao! Je ressort au plus vite avant qu'elle me surprenne ici. Je descends l'escalier et m'allonge sur le sol. Un coup d'œil à ma blessure m'indique que je guérie toujours aussi rapidement, mais un peut de salive ne ferait pas de mal. Je crache dans le creux de ma patte et j'étends ma bave sur l'incision avant de me laisser choir là.


**


  • Réveille.

  • Aller, lèves-toi. Tu parles d'une idée...s'étendre dans la cuisine!


Quoi? Dans la cuisine? Ha oui, ça me reviens, j'ai finie par me tanner du plancher de bois et je me suis couchée sur le sol de pierre de la cuisine. J'ai due m'assoupir. Je me lève d'un bon. Je sens un léger choc me parcourir la patte postérieure gauche. Mais il n'y a pas de cicatrice visible, c'est bon. Il ne manque que quelques nerfs à se relier entrent eux je suppose. Zaoma me dirige dehors.


  • J'ai parler à Enium.

  • Et puis? Ma voix me trahie, j'ai l'air si calme, mais ma voix prouve que je suis énervée. J'en suis déçue.

  • Il nie tout, comme je m'en attendais, mais quelque chose me dit qu'il ment.

  • Laisse le tranquille, il n'as rien fait!

  • Bon, ok, comme tu veux!


Une fois dehors, Zao me montre une porte à droite.

  • Mais je ne te laisse pas partir d'ici. Cette nuit, tu restes avec moi. Si tu veux t'entraîner, entre là. Sinon, bah, tu dors dans ma chambre, j'ai juste un lit.

  • Heu...

  • Tu restes ici, un point c'est tout, ta blessure ne va pas guérir si tu marche dessus, de plus demain c'est le grand jour et ma maison est plus près du Centre des Gardiens que la tienne. Alors tu restes, et puis ça me fait plaisir de te garder, comme avant.


Elle me tends un sourire que je ne peux que lui rendre. Demain, demain le grand jour. Le grand départ. Enfin. Je vais voguer sur la mer! Quel chance!


  • Oh!

  • Quoi? Qu'est-ce qu'il y a Asaka?

  • Il faudrait au moins que j'avertisse Enium pour...

  • C'est déjà fait.

  • Merci

  • Ce n'est rien voyons!

  • Pour tout.

  • Ah, tu sais... je n'ai fais que ce que je pensais être juste.

  • T'es la meilleure sœur au monde.

  • Aller viens.

  • Où?

  • À l'intérieur, idiote! Où tu veux aller?

  • Bah...heu...

  • Justement! Hey, on joue à défis ou conséquence?

  • Ok, mais rien d'abusif.

  • Quel genre d'abusif tu veux pas?


**


Aille! J'ai encore mal à la gueule! Elle est brutale quand elle lance un conséquence! Je me penche sur le tas de peaux. À la recherche de mes vêtements dans tous ce chaos, je me rappelle ma soirée d'hier. Bue un peu d'alcool de Sorbier, fait des tas de défis stupides et je me suis pris des tas de conséquences aussi. Je me lève sans faire trop de bruit, mais je la réveille aussitôt malgré tout. La tête face contre sol. Je ramasse ma jupe, mon haut vert, mes équipements et mon armure et je retourne m'assoir sur le lit pour m'habiller.


  • Tff me haff a ffeu!

  • Hein? Quoi?


J'ai rien pigée...Elle se tourne la tête hors des fourrures.


  • TU M'ÉCRASE LA QUEUE! Me crie-t-elle.


Je sursaute et, glisse sur quelque chose et tombe sur le dos au sol.


  • Aie,aie,aie,aie... Tu ne peux pas te ramasser de temps en temps?

  • Donne moi une chance!

  • C'est quoi ton excuse?


Je me relève et j'enfile mon haut et ma jupe.

 


  • C'est long et ennuyant!

  • Grr, fais un effort, j'ai l'impression de garder un louveteau!

  • Je suis pas une passionnée de la propreté moi!

  • Moi non plus, mais être en ordre évite de se barrer les pattes et d'aller dans le décors.

  • Mff ffah hheuhh

  • hein?

  • Mff ffah hheuhh


Elle a de nouveau enfouie sa tête sous les fourrures. Je soupire face à la situation, mais c'est plutôt comique. Une belle journée s'annonce. J'ai pleinement guérit, je n'ai pas faim, je suis d'aplomb pour n'importe quoi, la pleine forme! Je finie de m'habiller. Je suis si heureuse! Ça faisait si longtemps que je n'avais pas passer du bon temps avec ma sœur. J'allume le lecteur de musique et une mélodie entraînante emplie la pièce. Je suis si excitée! J'arrive à peine à tenir en place! Ho, mon oreillette! J'allais l'oublier! Je le prends et le met en place sous mes cheveux. Je fonce dehors respirer un grand coup d'air frais. Je m'empresse de retourner à l'intérieur et de sortir Zao du lit.


Elle bougonne un peu, mais c'est pas grave. Mon entrain va la mettre de bonne humeur. Ensemble, on ramasse ses vêtements puis elle s'habille et me sourit. Haaa! Je le savais! Mon bonheur la gagne! Elle me sourit et rigole à la fois. Je la prends par une patte et on danse comme de vraie louveteau. Je ne sais vraiment pas ce que j'ai, mais j'ai envie de toute faire, de m'amuser, la vie n'est qu'un jeu! Je me sens libre, forte, heureuse, taquine. Tout à la fois. Ça ne me ressemble pas vraiment d'être aussi joyeuse pour rien, mais tant pis! J'aime ça ce matin!


Finalement, on finie par sortir dehors, la musique cesse de jouer dans la maison, derrière nous. J'en reste heureuse. Je me surprends même à sautiller. Et Zaoma fait pareille! On arrive au Centre en un rien de temps à cette vitesse! Comme tout semblais bien aller, le premier visage que je vois une fois à l'intérieur s'adonne à être ce sale Niu. Tout allait bien, mais il a fallu qu'il se pointe.


  • Tu oublis le salut officiel de ta supérieur, Niu? Importune Zaoma.


Niu retrousse les babines, grogne mais finit par baisser la tête devant moi...hey! C'est vrai! C'est moi sa supérieure! Ho que j'aime ça!


  • Je vous salut chef Asaka. Humaine!

  • RÉPÈTE CE QUE T'AS DIT SALE ABRUTI! J'AI BIEN ENTENDUE? OSE LE RÉPÉTER!

  • SALE GARCE!

  • J'VAIS TE TUER DE MES PATTES!

  • ARRÊTER VOUS DEUX! ÇA SUFFIT!


Zaoma me retiens par la taille et tente de me pousser plus loin. Aller, essaie donc de me retenir, je suis plus forte que toi! Je la repousse et j'attaque ce merdeux. Je lui saute à la gorge D'une patte je le tiens, l'autre, il va se la prendre en plein sur le museau! Zaoma me prends la patte et tente de retenir mon coup. Qu'elle oublie ça! J'vais le saigner à mort celui-là! Bizarrement, elle à une poigne de fer, ça me fait mal, c'est pas son genre de me serrer comme ça. D'un coup, je vole dans les airs et retombe durement au sol. Ma sœur derrière, je remarque le colosse qui me fait face. C'est surement la première fois que je ne suis pas contente de le voir. Diex.


  • Laisser moi lui en coller une bonne général, juste une! Il le mérite bien après tout ce ….

  • Suffit!


Le général se retourne pour me faire face. Je le regarde d'un œil noir. Prête à me battre, j'agrandis l'espace entre mes pattes postérieures pour un meilleure équilibre. Je grogne, les lèvres retroussées, une patte devant moi pour me protéger, l'autre prête à attaquer. Je sais que j'ai l'air très, très sadique et menaçante, je le sens dans l'air. Niu tremble, je le vois. Zaoma doit être stupéfaite de me voir ainsi, de me savoir si noire. Si il veut un combat, il en aura un! Je vais gagner. Diex ne bouge pas, son air à changer depuis tout à l'heure. Il a peur. Il a peur de moi. De ce que je suis capable de faire. Il ferme les yeux et me sourit. Grrr, si ton but est de m'enrager, tu as réussi. T'es mort général!


  • Arrêtes Asaka, c'est assez. Je sais que tu ne l'aime pas, mais il est douer et doit vous assister dans ta mission.

  • J'en ai rien à foutre! Poussez-vous de mon chemin ou je le ferai. Je vais néantiser ce bâtard!

  • Et moi je te proscrirai des gardiens et t'enfermerai dans une cage .

  • Au plaisir, maintenant écartez-vous!

  • Si tu le tue je tue Enium!


Zaoma, espèce de chienne! Te mêle pas de ça!


  • Alors je n'ai pas le choix. Je dois commencer par abattre ma propre sœur dans ce cas.

  • Asaka Kyousou!

  • Grr, Alors je vous tuerez tous!

  • Je suis ton supérieur et tu va m'écouter!


Merde, Zaoma m'as sautée dessus et me retiens. Je me débat et me libère sans problème mais Diex me coince dans le mur et m'écrase au sol. Je me débat comme je peux, faire durer le plaisir un peu.


  • Écoute-moi. Hey, la grande, à quoi ça te servirais de me tuer. À quoi tuer ta propre sœur te serais utile? Écoute-toi parler, une vrai sauvage. Je sais très bien ce que tu ressens, mais retiens toi. Tu es forte, tu pourrais tous nous tuer, mais à quoi bon tuer pour vivre dans les remords? Rappelle-toi ta peine quand tu as perdue Zaoma la première fois, tu veux que ça se répète?


Vaincue, je lui fait signe que non de la tête. Il passe sa patte dans mes cheveux. Il me sourit. Un sourire si chaleureux. Une larme coule sur ma fourrure. Puis une autre la rejoint. Diex les essuies et me relève. Je me secoue pour débarrasser ma fourrure de la poussière puis je m'excuse au près de Zao. Probablement encore un peu sous le choc, elle me réponds seulement après quelques secondes. Ses deux pattes sur mes épaules, elle se sert fort et me pardonne. Quant à Niu, Diex doit lui donner un coup au ventre pour le sortir de sa peur.


Revenu à lui, il se lève, prend ces distances et l'on se met tous en route vers la salle blanche. C'est là que tout ce passe, topos sur la situation, les évènements à venir, remise des armes, instructions, heure de départ... Un patte chaude m'enlace par la taille. Diex me tiens fort contre lui. Je le remercie de m'avoir arrêter. Il me pardonne et me caresse doucement le dos. Je ne serais pas surprise d'entendre un jour que Diex est mon père, il est si attentionné avec moi.


Il m'ouvre la porte et me fait entrer la première dans la grande salle blanche. À toute les fois que je viens ici, je suis estomaquée. Tout est si...hautement technologique! Il y a tant de trucs bizarroïdes! Des armes, des capteurs, des écrans, des outils, des machines, tout est si...wow! Diex me pousse pour que j'avance, je n'avais même pas remarquer que les autres étaient déjà à l'autre bout... Je souris au général et m'empresse de rejoindre ma sœur.


Diex nous souhaites la bienvenue dans son bureau et amorce le tout.


  • Avant de continuer, je tiens à dire que j'ai été très peiné d'entendre que tu avais été la cible d'un tireur, Asaka. Mais tu ma montrer dans le couloir que tu as bien guérit depuis, alors je ne voit aucune raison d'annuler cette mission. Bon, vous partez dans deux heures alors tâchons de faire vite. Nos scientifiques n'ont pas été en mesure d'allonger la porter de vos émetteurs, donc vous ne pourrez qu'entre et parler entre vous trois. Mais vous ne serai pas seuls pour autant.


Qu'est-ce qu'il veut dire par là? Il vient avec nous? Chouette!


  • Je posterai des gardiens devants des moniteurs pour garder un œil sur vos signaux.


Ha...dommage...


  • Bon selon nos croyances, l'autre continent se trouve à plus de 5 milles lieux d'ici. Nous estimons près de 4 jours de voyage en bateau, à pleine vitesse bien sure. Vous aurez tous les armes que vous aviez pendant votre entraînement, donc les mêmes armes depuis votre entré parmi les gardiens.

  • Parlant de ça, pourquoi avez-vous pris la guitare de ma sœur?

  • Pour la réparer, l'usure la gagnait.

  • Ha...

  • D'autres questions Zaoma?

  • Non.

  • Bon. Continuons. Nous estimons que les humains sont bien plus nombreux, plus avancés technologiquement, plus fort, rapide et intelligent, c'est pourquoi je vous conseil de ne pas vous servir de vos armes, sauf si besoin est vraiment. Si vous n'êtes pas revenus en moins de 4 jours, nous enverrons une autre équipe en éclaireur puis nous décideront de nos actions à ce moment là. Si nous recevons un autre objet humains, j'enverrai toutes les troupes de la cité et je ferai les démarche pour avoir celles des autres cités dans les plus brefs délais. Dans la soute derrière vous se trouve vos armes, prenez-les. Asaka, suit moi.


Je sais exactement pourquoi il veut que je le suive. J'exécute aussitôt son ordre et nous nous dirigeons à l'autre coin de la pièce. Le général se penche et sort une énorme mallette cacher derrière une pile d'objets. Ma queue oscille dans tout les sens et je n'ai pas l'intention de cacher mon bonheur. Diex ouvre la mallette et je découvre ma guitare, nouvellement peinturer. Bleu et rouge, lames que j'avais installé on été enlever. Ils ont refait un coter et le bas de la guitare en y incluant une longue série de pointes bien plus robuste que les petites lames. Je prends ma guitare et la sert contre moi. Elle est plus lourde, mais mieux balancé.


  • Tu as remarquée.

  • Oui, elle est plus lourde.

  • Regarde derrière.


Je retourne mon instrument et remarque brièvement une fente rectangulaire. Ils l'ont faits!


  • Pour l'ouvrir, met ta griffe dans le petit trou noir à coté.


J'exécute et c'est avec stupéfaction que je vois le contenu de ma guitare.


  • Alors, il te plait?

  • Ho oui! J'adore!

  • C'est un prototype, mais je n'ai pas l'intention de continuer le développement, sauf si tu y trouve des problèmes. Par contre, je continuerai la production de munitions, spécifiques à ton petit bijou.

  • Woa, merci général!

  • Pour toi, ce n'est rien! Ça me fait plaisir de te le donner, mais fais gaffes, tu n'as pas beaucoup de munitions pour le moment et il les mange à une vitesse folle. D'accord?

  • Oui, sans faute!

  • Et tâche de le garder secret le plus longtemps possible, ça te fera un atout cacher. Vu?

  • Oui.


Je referme le boitier et saute dans les bras de Diex. Je lui donne un baiser sur le cou et lui souris. Il me gratte la tête puis nous retournons voir les autres. Ils sont déjà prêt et nous attendent, moi je m'empresse de prendre mon fusil et de revenir à la discution. J'essaie de l'accrocher à ma jupe, près de ma queue, mais ça ne fonctionne pas du tout. Je laisse signe à Diex que je dois aller seule pour mon arme. Il me signale une pièce et je les quitte pour aller m'isoler derrière une porte. Je les entends parler, mais l'envie de comprendre ce qu'ils disent n'est pas là. Je retire ma jupe et j'y fais une petite entaille grâce à mes griffes. Je me rhabille et place mon pistolet comme il se doit. Il entre à la perfection et ne semble pas trop bouger. Parfait.


Je sort de là et reviens aux autres.


  • Bon, alors ceci étant dit, annonce le général, vous avez toutes les informations pour envisager un éventail de possibilités.


Ha non! J'ai rater toutes les informations! Malchance. Et puis tant pis! Je ferai comme d'habitude, je suivrai les ordr...Ha non...c'est vrai...JE dirige cette fois... Alors là je suis dans le pétrin.... Bon, si j'acte normalement, je ne passerai pas pour une idiote devant ma sœur, c'est ce qui compte.


  • Alors, tu as tout compris Asaka? Me demande-t-elle.

  • Hey, ho! Je ne suis pas sourde, j'ai tout entendue!


Et c'est vrai en plus! J'ai vraiment tout entendue, mais je n'ai rien écouter. Nuance!


  • Bon parfait dans se cas, renchérit Général Diex. Malgré notre technologie sous développée, nous pouvons quand même leur tenir tête si nous devons nous battre.

  • Nous? Général, ne dites pas nous quand vous ne ferez rien de cela.

  • Niu, ferme la ou je te cogne!


Il s'éloigne de moi aussitôt. Haha. Peureux!


  • Bon, aller. Votre bateau est près.

  • Déjà? Demandai-je.

  • Le plutôt sera le mieux, me réponds Diex.


Nous sortons tous de la pièce. Zaoma, devant moi, ralentit. Vise à vis moi, elle me fait signe d'approcher l'oreille.


  • Tu as vraiment tout écouter? Me murmure-t-elle.

  • Oui j'te dis! Ne tant fais pas!

  • Bon, ok. J'ai compris. Hey?

  • Quoi? T'es collante depuis tout à l'heure!

  • Je sais, mais je veux simplement te dire de contrôler ton humeur.

  • Qu'est-ce qu'elle à mon humeur?

  • Quoi?

  • ''alors je vous tuerai tous'' Ça ne te dit rien?

  • Bon, ok, j'ai pété un câble tout à l'heure, mais là sa va.

  • Mouais, bien...mais essaye de te calmer la prochaine fois. Diex ne sera pas là pour t'arrêter, et je ne suis pas assez forte pour le faire...

  • Ok, ok! J'ai compris l'idée!


Bordel! Qu'est-ce qu'elle a? Elle est vraiment tannante! Elle m'énerve à la fin! Mais j'avoue qu'elle à un bon point...je devrais faire plus attention, dans ce genre de situation, je peux être vraiment.... Aie! Pourquoi tout le monde arrête de marcher? J'ai heurter un bord coupant de l'armure de Diex en plus! Mais je ne saigne pas, c'est au moins ça.


  • Voici... commence Diex.


Mais c'est quoi ça! C'est minuscule! À trois on va être serrer! Il rit de nous ou quoi?


  • ...votre bateau.

  • C'est pas un bateau ça! C'est un morceau de ferraille flottante!

  • Asaka, un peu de respect pour les ingénieurs! Me corrige Zaoma.

  • Non mais c'est vrai, regarde ça!

  • Il est peut être petit, mais il est lourdement armer pour sa taille, de plus, c'est le navire le plus rapide de toute la flotte!

  • Ouais, si vous le dites.

  • Allez, monter à bord et partez.

  • Ouais, ok.

 

 

 

Je suis la première à mettre patte sur le pont. Je vais m'assoir dans la cabine. Je sens Niu m'approcher. Qu'est-ce qu'il me veut lui? Il entre et continu de marcher en direction du volant. QUOI! Il vient de s'assoir et de démarrer les moteurs! C'est pour ça qu'il était vital pour la mission? Eh bien, bonne chose qu'il soit en vie finalement!


  • Accrochez-vous bien, parce que j'arrête pas si vous tomber à l'eau.


Finalement, c'est peut-être pas une si bonne chose qu'il soit vivant... Je suis pousser vers l'arrière du poste de pilotage et je dois me servir de ma patte postérieure pour m'empêcher de me cogner contre le mur. Je regarde derrière moi pour faire mes aux revoir au général, mais il n'est déjà plus qu'une tâche loin de nous. C'est vrai qu'il est rapide ce bateau! Je sors de la cabine pour retrouver ma sœur. Appuyer contre le bord, elle regarde l'horizon. Elle à l'air sereine, je ne la dérangerai pas. Je retourne à l'intérieur. J'aperçois un trou de l'autre coté de la console de navigation. Intriguant. J'avance et découvre que c'est un trou pour aller dans la cale. Je saute.


Le noir! Ça fait du bien. Je vois claire. Tout est net, je ne vois plus que des formes estompées, mais bien définis. Ici, il n'y pas grand chose, quelques armes, des munitions, un lance torpilles... C'est ennuyant! Je sors. Je me barre la patte sur quelque chose de gros et tombe au sol. Qu'est-ce que c'était? Je regarde où mes pattes et découvre une énormes mallette.


  • Hooo! Intéressant!


Je la prends dans mes pattes, la pose sur mon épaule et la transporte dehors. En sortant de la cabine j'accroche le mur et elle tombe sur le plancher. Je me penche pour la ramasser et je remarque le creux causer par l'accident. Cette caisse est solidement blinder pour déformer, ne serait-ce que légèrement le blindage du bateau! Ou bien c'est simplement que ce bateau est trop nul pour être blindé comme il se doit...Les deux options sont très bien possibles.


  • Qu'est-ce qu'il y a dans ta boite?

  • Hein? Ho...Zaoma...Je ne sais pas, je viens de la trouver dans la cale.

  • Du ravitaillement et des choses très utiles. Être instruites vous seriez que chaque bateau en est équiper.

  • Toi, LA FERME!


Non mais il fait tout pour me pourrir la vie ou il est né comme ça? Je tire sur le cadenas, mais il est plutôt solide...et belle et bien barré. Je retourne dans la cabine et j'y prends ma guitare. J'essaie d'ouvrir la caisse en douceur, mais rien à faire. Non mais c'est pas un cadenas qui va me battre! Je monte ma guitare au niveau de ma tête et je frappe un coup. Rien. Grr... Fais chier! Je tape un deuxième petit coup. Toujours rien. Au diable, cette fois seras la bonne. Je m'élance et donne un coup qui en fait tanguer le petit navire.


Il est ouvert? Ha bien oui! Chouette! Voyons voir ce qui s'y cache...je me penche et ouvre la boite en fer. Non mais c'est tout? C'est ennuyant! Une balise Ultra-Porté qui ne fais qu'envoyer un signaux pour faire allumer une lumière dans le bureau de Diex, 4 grenades plasma à compte à rebours, un micro pour Niu avec une note ''ne le perds pas celui-là!'' et des munitions dans un sac à dos. Ha, dans le fond il y a des vivres! Mais ça pue, j'ai même pas envie d'en manger...


Zao prend le sac et le place sur son dos. Niu sort de son trou et prends les grenades avec lui. Je lui tends l'oreillette et la note, un large sourire au visage. Et moi? J'ai droit à quoi? C'est moi qui l'as ouvert cette fichue caisse!


  • Az...

  • O...oui? Ça va toi?

  • Oui oui...je peux te parler, seules?

  • Niu, va dans la cale!

  • Et pourquoi j'irais là!?

  • Parce que c'est un ordre, crétin!

  • Un ordre mon cul!

  • Quoi!?

  • J'y vais, j'y vais!


J'attends d'être certaine qu'il y soit avant de me retourner vers ma sœur.


  • Oui?

  • T...tu sais tout à l'heure dans le couloir..au centre...


Pas encore cette histoire! Non mais c'est beau, j'ai compris!


  • Qu'est-ce qu'il y a Zao? Tu peux tout me dire, tu le sais.

  • Tu...t'étais sérieuse?

  • Vouloir combattre Diex, tu croyais avoir une chance?

  • Zaoma, ma sœur, je n'ai jamais été certaine de quoique se soit dans ma vie. Mais j'ai remarquée que Diex ne combat plus depuis plusieurs années. Il tente toujours de raisonner, jamais de combattre. Moi, je combat pratiquement tout les jours, je suis devenue forte, très forte même. Et en plus, il l'as dit lui même que je pouvais le battre, alors je ne vois pas de raison de perdre face à lui.

  • Il a probablement juste dit ça pour te mettre en confiance, ou simplement pour ne pas t'énerver, de cette façon il te calmait et évitait un combat inutile.

  • Justement, il évitait un combat. S'il est si fort que ça, pourquoi ne m'a-t-il pas combattue?

  • Pour ne pas te faire de mal peut-être. Az... t'es pas si forte que ça, ok? Je eux dire, même Enium est plus fort. Il faut quand même que j'avoue, quand tu es enragée, c'est pratiquement impossible de t'arrêter, mais...

  • HEY! Enium est très fort je te signale! C'est pour ça qu'il me bat aux pattes fortes...de toute façon, même si Diex est plus fort que moi... moi je suis très rapide, et plutôt agile, je connais des trucs de combat et plusieurs points faibles du corps que je peux très bien exploiter.

  • Lui aussi il doit les connaître, il est général!

  • Je n'ai jamais dit que se serait un combat facile...

  • Alors..t...tu comptes vraiment le combattre?

  • Bah...j'y penses...Si j'arrive à le battre, je montrais de grade, c'est certain...mais je ne veux pas lui faire de mal non plus... Mais j'ai oublier de te dire...

  • Quoi?

  • J'ai une autre grande habiliter contre lui.

  • Ah ouais?

  • Oui. Je suis une Kyousou!

  • Haha, ça c'est bien certain!


Je crois que là, on en a parler pour la dernière fois. J'espère l'avoir rassurée, ne serait-ce qu'un peu. Si elle est rassurée, ça en fera au moins une sur deux...J'ai...j'ai peur. C'est vrai, je suis inquiète. Qu'est-ce qu'on va faire si on se fait voir? Les humains nous sont bien supérieure de ce que j'en sais. Ils sont plus grands, sont plus forts, sont plus intelligents, sont plus rapides et ils sont plus avancés technologiquement... Mais il est trop tard pour rebrousser chemin...et en plus ça ne serait pas digne d'une chef... mais il reste que...

 

 

Chapitre 3, Humains

Tristesse et haine sont mélangées. Les membres de l'équipe entourent le cercueil de Kavin. Le ciel est noir, l'air est humide, un vent fort se présente. L'équipe pleure la mort. Chacun d'eux se remémores leur amis de leur façon. Tous voudrait crier au meurtre et donner à Jay ce qu'il mérite, mais ils en sont incapable. Trop de chagrin pour si peu de haine. Ils enterrent le cercueil et ont une dernière pensée pour lui. Chacun dévisage Jay en s'éloignant du cimetière. Ce dernier joue la comédie et blâme les loups. Encore. Bob joue le jeu, mais il est seul, les autres n'ose rien dire, de peur de tout avouer et d'accuser Jay, peut-être en tord.


Vers midi, chacun des membres se retrouve au port de Montréal. La haine et la tristesse ont fait place à la honte. Mais chacun cache bien son jeu. Jack est le dernier arrivé. Il semble que son tacot ne s'est pas rendu.


  • Désolé, il m'a lâcher à l'entré, le moteur à calé et...

  • On s'en fou, aller, grouille, on charge le bateau, on repasse un examen de santé, un dernier mot à la famille et on prends le large. Explique Alexandre.

  • Oui m'sieur!


À la chaine, ils vident l'entrepôt en un rien de temps. Tout placer dans le bateau s'avère être plus long, et plus compliqué. Grâce à Alex, qui à briser des records à Tetris, ils finissent par tout charger pour 5 heures du soir. Aussitôt ont-ils finit qu'ils partent pour l'hôpital le plus près. Bob, le premier entré, cherche sur les pancartes où se diriger. Il ne met qu'une demie heure à trouver son chemin! Tous l'attendais avec impatience.


  • Tu t'es encore perdu!

  • T'es pas capable de lire ou quoi?

  • Sacré Pierre-Luc!

  • Ok, ok, j'ai pas trouver le chemin le plus rapide...

  • PAS LE PLUS RAPIDE! ÇA FAIT 20 MINUTES QU'ON ATTENDS!

  • HEY! T'essaiera de trouver ton chemin avec une envie de pisser!

  • Crétin!

  • Bah quoi! C'est vrai!

  • Va là-dedans et fait les examens qu'on foute le camp en mer! Ça va tous nous faire du bien!

  • Ok, ok.


Pierre-Luc entre et ressort dix minutes plus tard, un papier bleu à la main. Signe qu'il à passer tout les test et que les résultats sont en se faveur.


  • J'vous l'avais dit que ma chèvre était clean! Blague Bob.

  • Innocent! Rigole Jack.

  • Un salut à la famille et bonsoir on est partit. Suggère Jack.

  • Au diable! Moi j'attends ici, lance Bob.

  • Heu...et qu'est-ce que tu veux foutre à l'hosto?

  • Heu..j'voulais dire...merde...

  • Comment passer pour un con en une étape facile! Nargue Alex.

  • Nianiania!

  • Bon, moi j'vais appeler ma blonde!

  • Toi et Pierre-Luc, vous êtes les seuls à avoir une petites amis, et Bob ne lui dit même pas au revoir, alors fait vite Jack. Suggère Raphaël.

  • Non mais tu penses que je suis sans cœur? Je vais l'appeler ma blonde!

  • Ha bon...

  • Ouais, bah j'vais appeler la mienne aussi, ça serait trop long d'aller la voir...

  • Faites vite! Se presse Samuel.


Les deux rigolos s'éloignent des autres et se dirigent aux téléphones publiques. Les autres descendent et attendent dans le stationnement. Un heure plus tard, lorsque les trois amis culminent de rage, les deux amoureux sortent en courant. Tous les se battent pour être le premier devant l'autre. Ils tombent sur le capot de la voiture de Raphaël et se relèvent rapidement.


  • C'est lui le dernier à avoir toucher la voiture, c'est de sa faute si on à pris du temps!

  • T'as gueule Bob! Si c'était pas de toi, on se serait pas perdu!

  • Si c'était pas de toi, j'aurais pas tomber sur une infirmière et lui taper une...

  • Si tu avais garder silence pendant mon appel, je t'aurais pas pousser!

  • Si tu

  • Vos boîtes! Tous dans le van! On y va!


Alexandre ouvre la porte. Jack monte en premier mais trébuche et tombe entre les cuisse de Samuel. Surpris, il lui fou un coup de coude mais Jack se relève avant. Bob, qui embarquait, voit une pair de fesse lui foncer dessus et ne peux l'éviter. Les 4 gars en train de se battre, Raphaël soupir, ferme la porte, démarre et fonce vers le port.


  • Ça va être tout un voyage, se dit il à lui-même.


    **


Pendant que toute l'équipe s'affaire à l'hôpital, Jay s'occuper de placer une décharge explosive sous le bateau. Son intention est très clair, éliminer son équipe de demeurer.


  • Eux de moins, mon fils pourra monter de grade, faire cette mission, me ramener ce que je veux, faire des loups nos esclaves et nous serons tout les deux les grands maîtres. Nous dirigerons tous, coordonnerons tous et serons tous les deux aux pouvoirs du monde! Mais avant, il faut que je trouve le moyen de connecter ce fil à celui si...


Occuper sur son explosif, Jay continu de penser à son plan machiavélique, l'équipe meure et tout ce qu'il aura à dire, sera ''Ils sont morts, mais j'ai pu en voir la cause...Ce sont c'est satané loups!'' et tout le monde le soutiendra. Du gâteau!


Quelques minutes plus tard, lorsque la bombe est en place, Jay établit un plan d'attaque et un de défense, au cas où c'est animaux auraient un semblant de QI... Ses plans sont vulgairement simples, entourer l'ennemi et tirer dans ceux qui bougeront pour l'attaque, la défense se trouve à se regrouper et viser. Des armes contres des griffes...aucunes difficultés dans cette mission... Des humains intelligents...plus ou moins...contre des animaux bêtes comme leurs pattes! Rien de difficile, mais! Se ne seras aucunement cette bande d'idiots qui remportera les honneurs! D'autant plus qu'ils ne suivent pas la même vision que lui. Que croient-ils tous? Les loups sont leurs amis? Se sont des animaux! Et en plus, depuis que les forêts sont rasées, les animaux sont extrêmement rare. Avoir ne serait-ce qu'un chien, ce n'est pas monnaie courante. Mais ils va falloir les dresser d'abord, puis ils feront tout ce qu'on ne peut aucunement faire... Et pour les plus marginaux...ils se feront plaisirs de....


Sans finir sa pensée, Jay est dégouter. Mais il reste tout de même un obstacle majeur à son plan... Des religions disent que les loups auraient évoluer, ils seraient plus fort, plus intelligents et fermeraient la prochaine race dominante de la planète. Rien n'est dit de plus, mais tout les rêves de Jay en sont fondés. Si les loups sont forts, ils pourront faire fonctionner les machineries, leur mort procurera de la vrai viande, contrairement à ce composé bio...leur force serait utile sur tout les domaines.


Il est vrai que plusieurs décennies plus tôt, les humains n'auraient jamais eu besoin de loups pour faire leur boulot, mais de nos jours, sans pétrole, la plus part des machines sont devenues inutiles, mais il y a la grande tempête, aussi. Cet énorme ouragan qui toucha le continent en entier, et seulement notre continent, si vraiment il y a un autre continent... vents et marrées se sont dresser contre les hommes, depuis, zéro de forêts, zéro animaux, zéro d'habitations... rien, niet. Tout fut réduit à néant. La race humaine en a souffert un coup, sans compter les épidémies, les canicules et autres catastrophes qui ont suivie. Désormais, tous semble lentement rentrer dans l'ordre, de nouvelles technologies se font découvrirent, comme ces avions, qui volent de courtes distances à environ 200 mètres du sol. Le président en a fait construire des dizaines de centaines de modèles...mais rien n'est terminer! Le problème se trouve surtout au niveau des machines...sans coure d'eau, ni de pétrole, comment faire fonctionner toutes ces machines? Les avions fonctionnent avec des moteurs à éoliennes, il est vrai, mais c'est même moteurs créer leur propre vent en avançant...et il reste le problème du sable qui détruit tout nouvel espoir.


Ces loups...sont mieux d'être ce qu'il en est dit qu'ils sont, sinon nous sommes fichus. Ils seront vraiment la race dominante? Ils sont si nombreux? Ou alors si forts? Qu'ont-ils? Les écrits! Toujours vague! Mais c'est là le plaisir de les déchiffrer!


Sortit de ses pensés, Jay prépare ce qu'il peut pour la mission....enfin, ce qu'il avait oublier de mettre. Micro-écouteurs longue porter, espérant que les ondes se rendent. Le Commandant les a spécialement modifier pour envoyer une fréquence brouiller de temps à autres, pour faire croire à son équipe que les loups sont plus ou moins évoluer. Quelques vivres, tant pis si un ou deux crétin meurt en chemin, et des sacs contenants des mine à détention à proximité.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Reproduction interdite à tous. Chaque personnages sont la priopriété de leurs créateurs. Les dessins sont les créations de l'auteur, veuiller ne pas copier/utiliser.  Le site est une création de Z!FF.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×