Chapitre 7

Plus je les écoute parler, plus je les trouvent idiots. Ils racontent tellement d'idioties à propos des loups. Les loups sont comme ça, ils font ça, ils mangent-ci, parlent pas, Je commence à me demander si je devrait sortir de ma cachette et aller leur dire ma façon de penser. Un petit coup à l'épaule me dit que Zaoma pense la même chose. Je me penche vers elle et lui propose d'aller leur montrer ce qu'on est.

 

  • Non, c'est une mauvaise idée. On va rester là encore un moment pour attendre la suite des choses. On ne sait toujours pas s'ils nous voient comme des ennemies.

  • Je pense que c'est assez évident non? Ils veulent notre mort!

  • Ne dit pas n'importe quoi. Écoute.

 

J'ai pas vraiment envie d'écouter leur manque de raison. Ils n'ont pas la moindre idée de qui ont est et ils imaginent tellement de trucs à notre sujet. L'humain Bob à l'air étrange. Je ne sais pas ce qu'il prépare, mais ça l'air louche. Il va faire quelque chose de vraiment... humain.

 

  • J'vais les appeler, vous verrez bien comment elles sont, dit Bob

 

Il va nous appeler? Comment est-ce qu'il compte faire ça? Il se penche vers l'arrière et entour sa gueule de ses pattes puis il hurle. Il hurle, oui, mais tellement faux, très mauvais, je comprends rien de ce qu'il veut dans ce hurlement. Il est tellement mauvais! Inimaginable! J'en ai des frissons dans tout mon corps! Un hurlement, c'est pas supposer faire ça, c'est supposer dire que tout va bien, qu'on est heureux, qu'on est danger, ça à un message à donner! Pas donner la migraine et faire peur tellement c'est... beurk! Comme si c'est pas assez, il se met à crier!

 

  • ALLER! SORTER DE VOTRE CACHETTE! ON EST BIEN SYMPATHIQUE!

 

Oublie ça, humain. Moi je reste cacher. Mais je décide de prendre l'armure à patte et de la leur lancer. Un des humains se penchent et la prend.

 

  • Ma botte! Enfin!

 

Une botte? Ça s'appelle une botte? C'est un nom assez ridicule pour une armure! Oups, ils arrivent! J'entends leurs pas. Zao me fait signe de monter dans l'arbre, vu que j'ai des fausses patte, c'est plus facile. Je grimpe tout de suite et me cache dans les branche sans faire de bruit. J'observe Zaoma se cacher dans une broussaille assez grosse. C'est là que je me rends compte qu'il fait déjà assez noir pour bien distinguer les choses qui m'entoure. Il en manque un je pense. Je cherche les visages humains. Il manque ce fameux Bob. Je flaire et le trouve un peu plus loin. Je change d'arbre en prenant soin de ne pas me faire voir. Je saute de branche en branche et je vais le retrouver. De la façon qu'il avance, je devine qu'il ne voit pratiquement rien. Pas terrible comme espèce, ils ne voient rien dans le noir, ils ont froid d'un rien, ils ne guérissent pas vite...

 

Je continue de m'avancer. Tout près de lui, je tombe sur une branche humide et je glisse. À la dernière seconde je plante mes griffe dans une autre branche. Elle se casse et je tombe lourdement sur le sol. Je me relève tout de suite et ne bouge pas.

 

  • PAR LÀ LES GARS!

 

Ho merde! Je prends mes pattes à mon cou et je déguerpie à toute vitesse. Après quelques minutes, je regarde derrière, il n'y a pas personne. Je grimpe dans un arbre et me cache. Je veux pas prendre de chance.

 

Ça fait plusieurs minutes que je suis là. Les humains sont loin, je les sens. Je descend et retourne vers ma sœur. En chemin je la trouve qui suivait mon odeur.

 

  • Ton rapport, ma sœur? Demande-ai-je.

 

Zao rote puis sourit.

 

  • Pas ça idiote! elle à le dont de me faire rire.

  • Ha! Il fallait préciser.

  • Andouille!

  • Hé hé! Il n'y a pas grand chose à dire. Ils sont faibles. J'étais très près d'eux, mais ils ne m'ont jamais trouver.

  • Pareil pour moi. J'ai remarquée qu'ils ne voient pratiquement rien dans le noir, et ils ont froid.

  • Qu'est-ce qu'on fait?

  • Bah, on les suit. On verra bien la suite de choses.

 

Je flaire les humains à plus de trois cents mètres. C'est difficile à dire où ils sont exactement, mais ils ne sont pas très loin. En se fiant à leurs odeurs, on les rattrape lentement. Je me cache dans un buisson et les observe un moment. Zaoma à déjà l'air d'en avoir marre. Ils ne font rien. Rien du tout. Ils sont coucher et ne bougent pas. C'est barbant! Je me retourne vers ma sœurette et lui propose d'aller boire un peu.

 

  • Ouais, ça va faire du bien.

 

Sans même me retourner, je quitte cet endroit et hume l'air. Le vent vient de l'Ouest, et il est chaud, donc l'île est plus grosse de se coter. Mais un peu plus au Nord, ils y a des dizaines d'odeurs animales. Il doit surement y avoir un point d'eau par là pour que tous ces animaux se rassemble.

 

En chemin, Zao n'arrête pas de me raconter des histoires drôles, des faits cocasses, des tas de trucs qui me font rire aux larmes.

 

  • … et puis au dernier moment, quand il pensait être seul, il la sort et se retourne juste quand l'autre arrive!

  • HAHAhaha!

  • J'te jure! T'aurais due voir sa gueule! À mourir de rire!

  • Je te crois sur parole! Je reprend mon souffle et lui demande un peu plus sérieusement, mais pourquoi tu ne lui demande pas de sortir avec toi?

  • Il est déjà pris.

  • Oh...

 

Je me sens tellement conne d'avoir posée cette question... Je suis conne! Une vraie conne!

 

  • Mais ce n'est pas grave, il me reste encore du temps devant moi.

  • Oui! T'as raison!

 

On continue de marcher encore quelques minutes puis on arrive à un petit lac. Des cerfs, des caribous, des poissons, des oiseaux par centaines, du petit gibier! Tout est là! Un vent chaud, une vue magnifique, un décor splendide, une montagne au loin... Je crois que j'ai trouver le paradis! Zaoma se penche sur le bord de l'eau et bois humblement. Moi je m'avance doucement dans cette eau clair et limpide. J'avance jusqu'au ventre, puis je me penche, bois un peu et me laisse flotter sur le dos. Je perds rapidement ma sœur de vue, mais je la sens. Elle est dans la forêt, j'ai aucune idée de ce qu'elle fiche, mais ça ne m'importe peu. Je reste tranquille sur l'eau, sans faire de bruit je me laisse dériver. Je ferme les yeux et laisse les bruits de la nature faire leur travail.

 

Ça ne prends pas long avant que des cris de surprises viennent tout gâcher. Un... hum... un cerf je pense, vient de se faire attaquer. Difficile à dire juste en l'entendant... Mais je suis bien comme ça, j'ai pas envie d'ouvrir les yeux.

 

  • Hey, l'endormis! Réveille, c'est le temps d'bouffer!

 

Quoique quand on parle de manger, ça vaut la peine que je sorte de l'eau! Je nage rapidement vers ma sœur et son...wow! Son buffet à volonté! Comment on va faire pour manger tout un chevreuil au complet à deux! Au diable, je mange tout ce que je peux! Je plante mes crocs dans la chair et la déchire rapidement. La viande est très tendre! Il était en pleine forme! C'est encore meilleur comme ça!

 

Après notre copieux festin, je m'assis et me laiche les doigts. Ma sœur fait pareil, puis on va se laver dans le lac. L'eau est plus froide que tout à l'heure, mais elle est bonne quand même. Je me gratte les oreilles puis Zao me sort une idées imbéciles.

 

  • On devrait en amener aux humains. Propose-t-elle.

  • Non mais t'es conne? Ils vont nous bouffer à la place! Et puis, pourquoi tu veux les aider?

  • Parce qu'ils sont comme toutes les autres espèces, et ils méritent de survivre eux aussi.

  • Normalement, les plus faible crève, puis ils se font bouffer. C'est comme ça que ça marche!

  • Arrêtes, t'es bien trop pessimiste, comme d'habitude! Tiens, tu prendra mon sniper, je leur donnerai moi.

  • Pourquoi tu me donne ton fusil dans ce cas?

  • Pour que tu me couvre et pour que tu sois plus confiante.

  • Bon, ok. Comme tu veux.

 

Elle prends le cerf...la dépouille en faite... la mets sur ses épaules puis nous partons. Environ dix minutes plus tard, on est devant une scène que je trouve triste. Les humains sont tous en train de se battre. Qu'ils se battent c'est ok, je comprends ça, ça fait du bien. C'est la manière donc ils se battent. Pas de coups sournois, ni attaques basses, ni de coups de griffes, ou de coup de tête, même pas de roulades pour éviter les coups. Rien. Ils ne font que se taper sur la tête...

 

  • Ils sont de vrais animaux entre-eux!

 

J'explose de rire! Wow! Vraiment! Ironie de la chose! Les loups de la forêt qui sont plus civilisé que les humains de la ville! Wow! C'est censé être bon pour nous? Ou mauvais pour eux? Sans attendre qu'ils crèvent tous, Zao me donne son fusil longue portée et se protège avec le cadavre de notre ancien buffet. Je grimpe dans l'arbre le plus près et guette ses arrières. Elle sort des broussailles et les humains arrêtes de se battre aussitôt. Ils pointent tout de suite leurs armes vers elle. Ça me stress, J''ai pas envie de perdre ma sœur. Par pour des idioties pareilles! Je vise le premier humain qui s'avance, mais je remarque Bob. Tant pis, si il à déjà oublier Zaoma et à quel point elle est gentille, je vais le trouer sans attendre!

 

Alors là, il est vraiment près. Ma sœur ne bouge pas, elle attend et regarde dans ma direction. Il n'est même pas à 10 mètres d'elle. Une griffe sur la gâchette, je m'apprête à le tirer, mais il se retourne et fait face à ses amis. Qu'est-ce qu'il fait encore?

 

  • Si vous lui faites du mal, tuer moi avant! Dit-il.

  • Dégage Pierk-louk qu'on la bute! Lance un humain.

 

Bordel! Je tremble un peu! J'ai jamais tremblé avant! Quel sensation bizarre. J'ai vraiment peur! Si il tire sur Zao et qu'elle meurt, qu'est-ce que je fais? Non, arrête, calme toi, imagine le meilleur, pas le pire! Je respire mal et j'ai chaud.

 

  • Vous voyez bien qu'elle nous veut aucun mal? Elle nous amène de la bouffe! Bon sang vous avez pas manger depuis trois ou quatre jours, je sais même plus! Lance Pierk-louk.

  • C'est un piège, l'autre est pas là! On va se faire flinguer si on reste là!

  • Ou pire!

  • Ou bien elle ne fait que protégé celle qui est là. Un humain aux cheveux jaunes, le seul qui à dit quelque chose de censé depuis que je connais cet espèce!

 

Un des humains laisse tomber son arme. Il demande à celui qui à un peu de logique de laisser tomber le sien. Il obéit aussitôt. Un autre laisse tomber son arme et demande la même chose au dernier humain.

 

  • Si quelque chose va mal, Bob, c'est entièrement de ta faute, et je te garantit douleur!

  • Tout va bien aller!

 

Zao s'approche lentement et dépose le cerf au sol. Pierk-louk lui fait un signe de tête pour la remercier. Ma sœur me fait signe d'approcher. Je sais pas trop...j'ai pas vraiment envie de tenter ma chance, mais je fais confiance à ma grande sœur. Je saute en bas de l'arbre et fait glisser son arme à ma sœur sur le sol. Je me fais aussitôt le plus imposante possible, puisque la plupart des animaux ne s'attaque pas à plus grand qu'eux. Bob me remarque et s'approche de moi en souriant, enfin, je pense qu'il me sourit. Je me dirige dans sa direction sans oublier de me faire grande. Rendue tout près de lui, il m'attaque de sa patte gauche sans prévenir. J'esquive rapidement et appuie deux griffes sur sa nuque, derrière lui. Je garde une distance raisonnable entre lui et moi, mais je l'empêche de bouger quand même. Zao a son sniper dans ses pattes, elle n'a pas l'air de visé quelqu'un à particulier. Pierk-louk ne bouge pas, sa patte toujours tendue devant lui.

 

  • … Du calme les amis. Dit ce dernier.

 

Je sens qu'il est très nerveux. Il semble aussi tendu que moi.

 

  • Personne ne veut vous faire de mal. Dit un.

  • Elles sont plutôt craintives. Murmure un autre.

  • Elles ne restent pas moins de redoutable combattantes. Lance le frisé.

  • Quel vitesse! Elles sont si agiles! Murmure l'autre à la fourrure jaune.

  • Aller, relaxe Asaka. Continue Bob. Tout ce que je veux c'est te serrer la main en guise d'amitier.

 

De quoi il parle? J'ai ça moi une main? Depuis quand? Comment ça ce fait que je n'en sois même pas au courant?

 

  • Me serrer la...main? Dis-je.

  • Vous appelez vos pattes des ''mains'' ? Demande Zaoma.

  • Avant de discuter de ça, est-ce que ta sœur pourrait enlever ses griffes de ma colone, ça serait bien sympa.

 

Je me calme et retire ma patte de sa nuque.

 

  • Merci. Il se frotte la nuque et un petit point de sang se forme sans qu'il le voit. Alors... vous appelez vos mains des pattes. Je suis à demi surpris.

  • Pourquoi ça? Demande ma sœur.

  • C'est exactement comment on appel ça pour les animaux.

 

Est-ce que je suis censée le prendre pour un compliment? Je revient tout prêt de Zao, ça tome bien, elle est loin des autres humains. Ce n'est pas que j'ai peur, mais je n'ai pas vraiment confiance.

 

  • Alors, finalement, tu veux bien me serrer la main?

 

Je grogne sourdement, pas pour lui faire peur, mais pour qu'il sache que ça ne me fait pas plus plaisir que le minimum. Je lui prends sa patte...sa main et la sert dans la mienne.

 

  • Ouff, qu'elle poigne! Tu peux lâcher maintenant. Me dit-il en souriant comme un imbécile.

  • Je sers pas si fort que ça... non?

  • C'est toi qui le dit!

 

Je le lâche et me frotte la patte sur un arbre pour masquer l'odeur humaine sur moi.

 

  • Bon, je vous présente. Lui c'est Raphaël. Lui c'est Alexandre, Jack et Sam.

 

L'humain à la fourrure jaune s'appelle Samuel. Et le frisé c'est Raphaël. Bon.

 

  • Moi c'est Zaoma, et elle c'est ma sœur, Asaka.

  • Quoi!? Vous êtes juste deux? Lance l'humain Jack.

  • Oui double crétin, t'as pas écouter Pierk-louk tout à l'heure?

  • Bah...oui...heu...non...enfaites..

  • Laisse faire!

 

Ils ont l'air bestial entre eux, vraiment plus que nous.

 

  • Alors la chef des deux est celle aux cheveux rouge.

  • C'est ce que j'en déduit. Murmure l'humain Raphaël à l'humain Alexandre.

  • Il faut se faire amicaux, surtout envers elle.

 

Grrr! Je le croit pas! Non mais! Bordel! Pour qui ils se prennent ces deux humains? Bordel de merde! Je saute en l'air et retombe très, très près de l'humain Alexandre. J'approche ma gueule de ses yeux et lui montre mes crocs de d'assez près pour qu'il ressente mes poils sur lui.

 

  • Détrompe-toi. Entre sœur, on ne se commande pas. Fais attention à ce que tu dis.

  • Toi à ce que tu fais. Me répond-t-il en me pointant plus bas.

     

Je baisse les yeux et aperçois son couteau près de mon ventre. Je soupir puis prend mon air macabre. Il reste très décontracter, je le sens, le voit et l'entend.

 

  • C'est pas sérieux. Me dit-il, détendu. On ne va pas briser une relation amicale aussi rapidement.

  • Ouais.

 

Je m'éloigne paisiblement de lui ce qui semble d'étendre l'atmosphère.

 

  • C'est trop demander de toucher tes oreilles?

  • Humain Bob, je trouve que tu en demandes beaucoup.

 

J'ai pas spécialement envie de me faire taponner, surtout par un humain.

 

  • Tu peux m'appeler Bob. Pas besoin de mettre ''humain'' devant, je le sais bien que je suis humain. Me dit-il en riant. S'il te plait?

 

Quoique, en y pensant bien, il ne peux pas me faire de mal, il n'a pas de griffes...

 

  • Bon, ok. Mais fait gaffe!

 

Il me flatte doucement l'oreille et sourit. Ça me chatouille un peu.

 

  • C'est tellement doux! C'est cool, merci!

 

Vraiment étrange les humains...

 

  • Votre physionomie n'est pas si différente que ça de la notre finalement. Lance ma sœur.

  • Et dire qu'on vous imaginaient plus...

  • Plus? Insistai-je.

  • Plus...Plus... Plus sauvage. Plus...à quatre pattes et sans...

 

Son regard plonge sur mes seins. Pervers, animaux et immatures ces humains! Je grogne de mécontentement. Il sursaute et recule d'un pas.

 

  • Bref on vous imaginaient plus comme de vrais loups.

  • De vrais loups...De vrais loups? HEY! On est des vraies louves!

  • Asaka calme-toi, me suggère ma sœur. Vous parler de loups quadrupède? Ces sont nos ancêtres. Il y a des ancêtres sur votre continent! C'est extra comme nouvelle!

  • Avait...il y avait...des loups... ils sont tous morts. Comme la plupart des animaux terrestre.

  • Ho... C'est triste.

  • Quelles sont les raisons d'extinctions d'autant d'espèces, questionne Zaoma.

  • Nos ancêtres on tout sur-exploiter. On a pratiquement aucune forêt, plus d'eau douce, plus d'oiseaux. Presque rien en fait... Sauf des poissons.

  • Mais, à quoi on bien put vous servir tous ces arbres? Vous n'avez quand même pas fait autant de maisons que cela!

  • Papier, construction, chauffage, voirie, bateaux...

  • Papier? Chauffage? Voirie? C'est quoi tout ça?

  • Pour se réchauffer, se cacher du froid. Pour faire des routes pour nos voitures. Et pour écrire aussi.

  • Écrire?

  • Bah ouais, écrire. Vous savez pas c'est quoi?

  • Heu.. bah peut-être que oui, mais pas ce mot là.

  • J'vais vous montrer pour voir si on parler de la même chose.

 

Pierk-louk se penche et fait un dessin très étrange dans la terre.

 

  • C'est quoi ton dessin bizarre? demandai-je, curieusement.

  • C'est ça, écrire. J'ai écrit mon nom. Pierk-louk.

  • Pierk-louk? C'est comme ça que ça... s'écrit?

  • Pas Pierk-louk... Pierk-louk.

  • C'est ce que j'ai dit, Pierk-louk.

  • Laisse faire, je crois pas que vos oreilles ou vos cerveaux comprennent ça...

  • HEY!

 

Non mais pour qui il se prend lui? Je grogne et baisse mes oreilles vers lui. Je l'intimide beaucoup je pense.

 

  • Ne le prends pas mal, c'est juste trop...différent pour vous.

 

Ouais c'est ça! Et puis quoi alors? Les humains commencent un feu et y approche la nourriture. Je ne sais pas ce qu'ils ont en tête mais ça m'intrigue. J'avance vers eux et leur pose ma question.

 

  • C'est pour cuir la viande. C'est génial que vous nous en avez donner, mais crue ça se mange pas.

  • Heu... c'est cuit, la viande cuite ne se mange pas.

  • Notre estomac ne peut pas supporter ça.

 

Mais bon sang ils sont fait en quoi ces humains? En feuilles!? Je retourne voir les dessins ''écrits'' des humains et continuer la conversation avec eux. Je les écoute parler et ''écrire'' encore un moment, jusqu'à ce que quelque chose pique ma curiosité.

 

  • À part tout détruire, comment vous avez fait pour survivre? Je veux dire, comment vous avez fait pour tout détruire sans griffes, ou crocs, ou même de techniques quelque conque.

  • Les espèces qui survivent ne sont pas les plus fortes, mais celles qui s'adaptent le plus rapidement et le mieux aux changements. m'apprend Zaoma par une philosophie qui lui est propre.

  • Heu... ok... oubliez ma question.

  • Hey, est-ce que vous seriez assez gentilles pour chasser pour nous à tout les jours? Demande Raphaël.

 

Je ne prendrai même pas la peine de lui répondre. Zaoma grimace et lui fait signe que non. Je m'éloigne un peu de lui pour m'assoir sous un arbre.

 

  • On vous en pris! Continu Bob.

  • J'vous donnerai mon arme, argument Samuel.

  • Non. Dis-je.

  • Aller! Continu Jack.

  • Arrêter les gars, il doit y avoir une bonne raison, c'est tout, présume Alexandre. Peut-on la connaître?

 

Ma sœur grogne légèrement de frustration. Je la comprend, c'est barbant d'avoir à expliquer quelque chose d'aussi normal et d'ancré dans nos vies.

 

  • Bon, comme vous voulez, lance-t-elle sèchement. Il nous aient interdit d'échanger, de vendre ou n'importe quoi dans ce genre à toute autre personne. D'autant plus que la meilleur façon d'apprendre, c'est par soi-même, alors je vous suggère de vous y mettre d'ici quelques jours, n'attendez pas d'avoir faim.

 

Les humains froncent tous leurs sourcils. Je ne pense pas qu'ils ont apprécier, mais maintenant que je sais qu'ont aient supérieures, je n'ai plus peur d'eux et je ne me gênerai pas pour les calmer au besoin.

 

  • Bon, moi je dors. Faites ce que vous voulez, mais ne me réveillez pas. Merci.

  • Je suis Asaka sur ce coup. Bonne nuit, et que le lune vous protège.

  • Mais... c'est en plein jour.

  • Justement, la chaleur des rayons du soleil sur notre fourrure, c'est très chaud, d'autant plus qu'il nous faut bien digérer ce repas, aussi bien le faire tout de suite.

 

Je me couche un peu plus loin des humains, voyant bien qu'ils vont manger avant de dormir. J'espère qu'ils ne feront pas trop de bruits. Je ne pense pas qu'ils soient du genre à dormir dans la journée...

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Reproduction interdite à tous. Chaque personnages sont la priopriété de leurs créateurs. Les dessins sont les créations de l'auteur, veuiller ne pas copier/utiliser.  Le site est une création de Z!FF.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site